Adele savait que tomber enceinte au sommet de sa gloire serait mauvais pour sa carrière

Adele savait bien que tomber enceinte alors qu’elle est au sommet de sa gloire relevait du « suicide professionnel ».

Mais le fait est que la chanteuse britannique était prête à prendre ce risque et s’estimait capable d’avoir une vie personnelle tout en poursuivant sa carrière. En 2012, elle tombait enceinte de son fils Angelo juste un an après la sortie de 21, l’album qui avait fait d’elle une star planétaire.

« Du jour au lendemain, j’étais célèbre. C’est encore à ce jour l’expérience la plus étrange et la plus surréaliste de ma vie. Puis je suis tombée enceinte, et pour beaucoup, c’était considéré comme un suicide professionnel », a déclaré l’artiste alors qu’elle recevait un Sherry Lansing Leadership Award lors des Women in Entertainment Awards organisés par le Hollywood Reporter à Los Angeles jeudi dernier (7 déc. 23).

« Pourtant, c’est là que j’ai choisi d’aller à contre-courant, de rejeter ce succès exceptionnel (…) dans l’idée que je pourrais réussir sur scène, mais aussi en-dehors », a-t-elle continué. « Et deveniez quoi, j’ai réussi mon coup. »

Effectivement, des années après avoir pris la lourde décision de s’éloigner des projecteurs pour mener une vie de famille, Adele a décidé de négocier un nouveau virage délicat en divorçant de Simon Konecki, le père de son fils, tout en reprenant de front sa carrière. Une manœuvre une nouvelle fois réussie pour la chanteuse qui triomphe depuis un an à Las Vegas avec une résidence qui doit encore se tenir jusqu’à juin prochain.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Panier
  • Votre panier est vide.
Retour en haut