Gilles Valiquette : « Une bonne chanson n’a pas d’âge »

« Dans notre tête, on a toujours 20, 25 ans », affirme Gilles Valiquette. Pas étonnant donc que l’artiste de 71 ans s’offre une relecture des pièces de son premier album Chansons pour un café sorti en 1973; et qu’il baptise cette nouvelle offre Retour à chansons pour un café.

C’est un joli saut dans le temps que s’est octroyé Gilles Valiquette en acceptant l’invitation du réalisateur Marc Pérusse : revisiter les 13 chansons de ce premier opus qui l’avait fait connaître au grand public dans les tumultueuses années 1970. 

Un beau prétexte également pour l’auteur-compositeur-interprète de retravailler avec de « vieux amis », dont Richard et Marie-Claire Séguin, qui avaient collaboré à l’album original, et d’autres comme Patrick Norman, Jacques Michel, Daniel Lavoie, Normand Brathwaite, François Pérusse et Louis Valois. 

« Cela faisait des décennies que je n’avais pas écouté ni porté attention à ces chansons. J’ai eu une petite crainte, car à 19, 20 ans, on y va par instinct, donc il devait bien y avoir un point de vue juvénile des choses. Je n’étais pas sûr que cela convenait à un adulte de mon âge, mais oui », explique le chanteur et réalisateur.

Heureux hasard

Il faut savoir que ce premier disque ne devait pas en être un. « J’étais guitariste-accompagnateur de Richard Séguin, et Marie-Claire Séguin avait décidé de chanter Tout est mieux là-haut n’est-ce pas ? sur le premier album des Séguin », se souvient-il. 

C’est lorsque Gilles Valiquette loue deux soirées dans un studio d’enregistrement, seul avec sa guitare, que le réalisateur René Letarte le « découvre ». Il revient rapidement vers le musicien avec… trois propositions d’album ! « Je me suis retrouvé avec un début de carrière », dit le principal intéressé en riant. 

Si Gilles Valiquette n’a pas l’impression ici de se répéter, c’est qu’à l’époque, son disque se composait « d’une suite d’idées brutes » qu’il considère ne pas avoir véritablement incarnées. 

« Je suis agréablement surpris, mais c’était aussi logique de le faire 50 ans plus tard, et de vraiment faire mon travail d’interprète », lance l’auteur de Quelle belle journée et Dis-lui bonjour.

Au plaisir de renouer avec ses compositions au sens nouveau (merci au passage du temps), s’ajoute une envie pour l’artiste de se faire connaître par les mélomanes d’autres générations (ce qu’il a fait également en jouant avec Lou-Adriane Cassidy, Thierry Larose et Ariane Roy). D’ailleurs, dit-il, « une bonne chanson n’a pas d’âge ». 



Gilles Valiquette : « Une bonne chanson n’a pas d’âge »


Photo Agence QMI, JOEL LEMAY

Coffret-souvenir et tournée-anniversaire

Les célébrations entourant le cinquantième anniversaire de Chansons pour un café ne s’arrêtent pas là. Gilles Valiquette offrira un spectacle-anniversaire en compagnie d’invités spéciaux au Théatre Outremont dans le cadre de Coup de cœur francophone le 10 novembre prochain ainsi qu’une tournée de spectacles baptisée Je n’attends que ce moment.

Le coffret-anniversaire (comprenant un disque vinyle, un CD de l’album et un CD contenant des démos jamais parus de compositions originales) devrait également faire le bonheur des collectionneurs.

« J’aime faire de la scène, j’en fais depuis les tout débuts, et la petite différence est que j’ai maintenant une plus grosse équipe pour faire le tour. C’est un privilège de jouer avec eux. Je veux sincèrement essayer de rendre le spectacle le plus mémorable possible », explique l’auteur de La vie en rose, Je suis cool et Samedi soir.



Gilles Valiquette : « Une bonne chanson n’a pas d’âge »


Photo Agence QMI, JOEL LEMAY

-Pour toutes les dates des spectacles de Gilles Valiquette dans le Québec, on visite : https://www.gillesvaliquette.com/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Panier
  • Votre panier est vide.
Retour en haut