«Je ne suis qu’un poète qui joue du piano» -David Goudreault présente son nouveau spectacle solo, «En marge du texte»

«Ça m’impressionne que des gens prennent le temps d’embarquer dans mon délire», lance David Goudreault. La preuve: l’écrivain, slammeur et poète qui présente son nouveau spectacle solo En marge du texte a déjà 140 dates de représentations à son agenda à travers le Québec.

David Goudreault ne fait pas les choses à moitié. Voilà ce qui explique qu’il ait appris le piano en un an, expressément pour ce nouveau spectacle qui promet d’allier poésie, improvisation, humour, participation du public et interprétations jazzées. Le tout dans une mise en scène plus sophistiquée visant à rendre son spectacle plus vivant… et intentionnellement plus risqué.

«Ça me donne vraiment le vertige», avoue le travailleur social devenu romancier qui a remporté de nombreux prix pour son premier spectacle solo Au bout de ta langue (Prix Radarts, Prix Accès-Culture, Prix du jury ROSEQ et Prix Étoiles Stingray dans le cadre de la Bourse Rideau 2018).

«Il y a toute une dimension de performance qui est plus exigeante, dont 5 numéros où je m’accompagne au piano. Je ne savais pas que c’était aussi difficile d’ailleurs [rires]. Je ne suis qu’un poète qui joue du piano. Mais je marche par projet et par défi. C’est ce que j’aime de la vie d’artiste», poursuit le créateur reconnu pour être le premier Québécois à avoir remporté la Coupe du monde de poésie, à Paris en 2011.

Richard et Mariana

Cette nouvelle proposition, David Goudreault la décrit comme «une bibitte bizarre accolant humour et littérature» et une belle et folle aventure. Il s’est d’ailleurs entouré de deux artistes bien connus pour l’aider à la script-édition: l’humoriste Mariana Mazza et le chanteur Richard Séguin.

«C’est un trip à trois plutôt improbable, mais efficace, lance le slammeur en riant. Richard m’a offert un regard sur la musique et surtout sur la poésie. C’est un grand amoureux de la poésie et de la littérature au Québec et un ami qui allait me donner l’heure juste», explique-t-il.

Quant à Mariana Mazza – qu’il venait de voir en spectacle et dont il avait aimé le roman Montréal-Nord –, il n’avait qu’une seule ambition: parvenir à la faire rire pour avoir la confirmation que son spectacle était comique.

Semer la graine de la poésie

David Goudreault a fait son entrée dans le dictionnaire Le Petit Robert en 2023 en tant que «fervent défenseur de la langue française». Normal, donc, que l’artiste de 43 ans ait eu envie de profiter de ce nouveau projet pour faire (re)découvrir les grands artistes d’ici et d’ailleurs aux spectateurs, ainsi que les grands textes qui ont marqué sa vie.

Du poète Claude Gauvreau à Anne Hébert et Hector de Saint-Denys Garneau, en passant par Agota Kristof, Arthur Rimbaud et Alexandre Soljenitsyne, les influences sont riches et nombreuses.

Ce qui fait que les gens soient aussi charmés par un slameur poète à l’ère des réseaux sociaux et des écrans selon lui? «C’est beaucoup une question d’accessibilité. J’aime la littérature au point où je veux la faire entendre au plus grand nombre. Je suis très à l’aise à être un artiste populaire. J’ai bien des défauts, mais je ne suis pas snob. Semer cela, la graine de la poésie et de la lecture, c’est une victoire incroyable», explique l’artiste qui offre des ateliers de poésie dans les écoles et… dans les pénitenciers!

« Il est important d’apporter l’amour de la littérature dans tous les milieux », conclut l’auteur de la trilogie La bête.



«Je ne suis qu’un poète qui joue du piano» -David Goudreault présente son nouveau spectacle solo, «En marge du texte»


Photo Agence QMI, JOEL LEMAY


-Ton livre québécois préféré? Cataonie de François Blais. «Son suicide m’a beaucoup affecté. Il est l’un des rares auteurs qui m’a fait rire.»

-Ta série télé favorite? «Bon matin Chuck qui est génial sur le ton et le rythme.»

-Un spectacle que tu recommandes? «Tous les spectacles de la Grande Nuit de Saint-Venant-de-Paquette qui se tiendra les 15-16 et 17 août 2024 avec, notamment, Jean-Paul Daoust, Francis Ouellette et Hélène Dorion.

-Un film d’ici et d’ailleurs qu’il faut voir? Les justes et Requiem for a Dream.

-Quelles comédiennes verrais-tu jouer dans l’adaptation cinématographique de ton roman Maple qui devrait être sur nos écrans en 2026? «Je verrais Anick Lemay et Sandrine Brisson dans les rôles de Maple et de Nancé.»

-David Goudreault sera au Théâtre Maisonneuve de la Place des Arts les 28 et 29 février et au Grand-Théâtre de Québec le 3 avril. Pour toutes les autres dates du spectacle En marge du texte, on consulte : www.davidgoudreault.org.

-La première partie du spectacle est assurée par Geneviève Rioux.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Panier
  • Votre panier est vide.
Retour en haut