«La 9e de Beethoven, de Haïti à Jérusalem», un spectacle prônant l’inclusion et la diversité imaginé et dirigé par le maestro Alexandre Da Costa

Prenez la 9e symphonie de Beethoven, placez des interprètes et des chansons d’ici et d’ailleurs entre les quatre mouvements, mélangez les paroles d’un poète québécois à des segments en créole, innu, hébreu et anglais; vous obtiendrez La 9e de Beethoven, de Haïti à Jérusalem, un spectacle imaginé et dirigé par le maestro Alexandre Da Costa.

« Des idées folles dans un monde de puristes », Alexandre Da Costa en a plus d’une dans son sac. À 43 ans, le chef d’orchestre a envie de lancer un message fort avec ce premier spectacle présenté avec son orchestre qui a changé d’appellation en juillet dernier; l’Orchestre symphonique de Longueuil est devenu l’Orchestre Philharmonique du Québec.  





MARIO BEAUREGARD/AGENCE QMI

Inclusion et diversité

La maestro et soliste a d’abord demandé au poète québécois Louis-Philippe Hébert d’écrire des paroles qui exprimeraient le mieux, en mots, l’esprit de cette fameuse partition. 

« Ce sont des paroles qui prônent des valeurs importantes actuelles comme la paix, l’inclusion et la diversité. Pouvoir mettre la musique d’un génie en perspective et parler de la philosophie de notre orchestre, de nos valeurs tout en invitant des artistes d’une diversité artistique et culturelle est très important », explique celui qui voit ce spectacle comme une présentation et une déclaration de son orchestre rebaptisé.

Les nouvelles paroles en mai et sa vision en tête, Alexandre Da Costa est allé courtiser des artistes de divers horizons qui ont répondu de manière enthousiasme à son appel. Parmi ceux-ci : Éléonore Lagacé, Sharon Azrieli, Brenden Friesen, Shauit, Queenie et Yama Laurent.





MARIO BEAUREGARD/AGENCE QMI

Ces chanteurs d’opéra, de pop ou de gospel issus d’univers musicaux distincts interpréteront, entre chaque mouvement, des chansons emblématiques ayant marqué l’histoire : Amazing Grace, What A Wonderful World ou encore L’hymne à la beauté du monde.

« Je trouve Alexandre Da Costa révolutionnaire. Réunir une pléiade d’artistes d’horizons et de culture différentes pour chanter la 9e de Beethoven – qui a été créé à une époque où l’inclusion et la diversité n’existaient pas –, qui aurait osé faire cela ? », lance la chanteuse d’origine haïtienne, Yama Laurent qui se dit honorée de faire partie de ce concert unique.

Elle interprétera notamment L’hymne à la joie, dont elle a elle-même traduit une portion des paroles du poète québécois dans sa langue maternelle, le créole.

« Quand on est ensemble, quand on nous considère comme des frères, on finit par le croire et cela fait l’harmonie et toute la beauté des choses », ajoute celle qui travaille avec Jason Lang sur son second album prévu pour l’hiver prochain.





Répétition de Alexandre Da Costa et Yama à Montréal, Québec, Canada. Le lundi 18 septembre, 2023.

Sur cette photo: Yama

MARIO BEAUREGARD/AGENCE QMI


MARIO BEAUREGARD/AGENCE QMI

Différente, mais reconnaissable

La 9e symphonie de Beethoven est une œuvre plutôt lourde à absorber avec ses quatre mouvements et son heure dix de musique continue. Voilà pourquoi Alexandre Da Costa – qui dirigera pour la toute première fois cette symphonie mythique – a eu l’idée d’en faire une œuvre différente, mais reconnaissable. Par souci d’accessibilité pour le public peut-être moins habitué aux longs concerts classiques notamment. Ce qui ne veut pas dire que les connaisseurs seront en reste. 

« Je veux que ce soit une grande version et j’espère pouvoir la diriger souvent. On désire aller vers les gens, couvrir un plus large territoire, représenter quelque chose et construire à long terme », ajoute le chef soliste qui ne garde jamais bien loin son fameux Stradivarius. 

Alexandre Da Costa se réjouit d’avoir fait de nouvelles rencontres grâce à ce projet, dont celle de la chanteuse d’origine haïtienne Queenie, qu’on a connue lors de son passage à Star Académie en 2021.

« Le but de tout cela est de dire qu’il y a toujours du travail à faire, mais qu’on peut le faire dans l’amour et dans l’unité. C’est une conversation qui est nécessaire, partout dans le monde. Je me sens chanceuse d’être capable de partager la scène avec de grands artistes et musiciens passionnés à travers ce même message », explique l’auteure-interprète qui façonne actuellement son premier album.





MARIO BEAUREGARD/AGENCE QMI

La 9e de Beethoven, de Haïti à Jérusalem avec Alexandre Da Costa et l’Orchestre Philharmonique du Québec sera présentée une seule fois le dimanche 1er octobre prochain, au Théâtre Maisonneuve de la Place des Arts. Billets : https://placedesarts.com/fr/evenement/la-9e-de-beethoven-de-haiti-jerusalem

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Panier
  • Votre panier est vide.
Retour en haut