La fois où Karkwa a joué devant 10 personnes à Reims

Après une décennie de silence, Karkwa est de retour avec un automne très actif. Le nouvel album paru en septembre Dans la seconde a reçu d’excellentes critiques et les musiciens parcourent maintenant la province avec des spectacles jusqu’à Noël. Le Journal s’est entretenu avec le claviériste François Lafontaine et le batteur Stéphane Bergeron sur leur récent passage en Europe (dont un spectacle devant une dizaine de personnes!), le nouveau concert et l’année 2024 pour le groupe.

Comment s’est passé votre retour en Europe?

Stéphane Bergeron: «C’était parfait. On y allait avec une attitude tellement relaxe, comme si on était en vacances. Même si au final, ç’a été de la job pareil. On n’y allait pas dans une démarche de commercialisation. On espérait qu’il y aurait des gens aux spectacles et qu’on aurait du plaisir. En général, c’est ce qui est arrivé. Il y a eu un spectacle où il n’y avait personne et ç’a été une catastrophe. Mais le reste du temps, il y avait toujours bien du monde. On était comme une gang de vieux amis en France et on a ri comme rarement.»

Où était votre spectacle devant «personne»?

François Lafontaine: «C’était à Reims. C’était notre premier spectacle, en plus. Disons que ç’a mis la table assez vite!»

Stéphane: «On jouait dans une salle de 400 à 500 places. Il y avait… entre 10 et 15 personnes! [rires]»

François: «C’était quand même parfait, parce que le but, c’était d’aller là-bas pendant deux semaines et de revenir au Québec en étant prêts pour jouer dans des salles avec du monde qui nous connaît. […] Le plus beau commentaire qu’on a reçu durant ce voyage, c’est un musicien qui nous a dit qu’il nous avait vus à Paris, il y a 13 ans. À l’époque, tous les groupes rock faisaient de la musique en anglais. Et il avait vu avec nous que c’était possible de faire du rock en français.»

Dans le passé, combien de fois étiez-vous allés en Europe?

François: «Beaucoup trop de fois.»

Stéphane: «Des dizaines et dizaines de fois. On y allait plusieurs fois par année, pendant au moins six ou sept ans.»

François: «Des fois, on y allait pour une durée d’un mois et demi. D’autres fois, on y allait juste pour un showcase ou une émission de radio.»

Stéphane: «On a investi beaucoup d’argent là-dedans.»

François: «Je me souviens de l’époque où on y allait beaucoup et que le groupe commençait à mieux marcher au Québec. Notre gérant m’avait appelé et m’avait dit qu’il avait une super bonne nouvelle: on avait doublé nos revenus! Il avait aussi une mauvaise nouvelle: on avait moins d’argent… parce qu’on avait triplé nos dépenses. [rires]»

Votre nouvel album a reçu un accueil extrêmement favorable et vos billets de spectacle se sont envolés très rapidement. Avez-vous été surpris de cet engouement?

François: «Vraiment. La plus grosse surprise, c’est aussi de voir des gens qui n’étaient pas là à l’époque. On se disait qu’on rejoindrait des gens de notre génération. Mais on voit aussi du monde de 20, 21 ou 22 ans qui chantent les chansons! Pour vrai, c’est super touchant. Ça nous fait dire que ça n’a pas été fait pour rien.»

Devant cet enthousiasme, prévoyez-vous faire plus de place dans vos calendriers pour Karkwa en 2024?

Stéphane: «En ce moment, c’est vraiment durant l’été.»

François: «Je vais peut-être chevaucher deux ou trois projets durant l’année. C’est sûr que la priorité, c’est Karkwa, parce que ça fait longtemps qu’on l’a fait. Il y a aussi Marie-Pierre Arthur, on travaille sur son disque en ce moment et c’est sur le point de se terminer. Et il y a Galaxie. Je ne pourrai pas tout faire.»

Quelle est la suite pour le groupe au-delà de l’été prochain?

Stéphane: «L’idée était de faire des plans à court terme. On n’a pas statué sur ce qu’il y a après le moyen terme. On verra bien.»

François: «Si on a quelque chose d’intéressant à dire, ça se pourrait bien qu’on retourne ensemble en studio dans deux, trois ou quatre ans. Et si jamais on se rend compte que rien de bon ne sort, ce ne sera pas plus grave que ça!»

Karkwa sera en spectacle au MTELUS de Montréal le 30 novembre, ainsi que les 1er, 2 et 9 décembre. Pour toutes les dates: karkwa.com.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Panier
  • Votre panier est vide.
Retour en haut