La folie des BB renaît: «Je voyais qu’ils avaient du talent»

Aussi séduisants fussent-ils, c’est d’abord et avant tout grâce à leur talent de musiciens que Patrick Bourgeois, François Jean et Alain Lapointe ont attiré l’attention de l’industrie.

C’est ce qui avait frappé Nick Carbone, celui qui a découvert le trio lorsqu’il jouait sous le nom Les Beaux Blonds dans la revue musicale Vis ta vinaigrette, en 1987.

«J’avais été invité à aller voir la pièce sur la rue Saint-Laurent. Je vois ces trois-là avec des perruques blondes. Je voyais qu’ils avaient du talent, ils étaient dedans», se remémore celui qui venait alors de mettre sur la mappe le groupe Nuance et Mitsou.

Après le spectacle, il était allé tout de suite rencontrer les trois gars dans leur loge. «Je leur ai dit: si jamais vous faites un disque, je suis le premier sur la liste. On part ensemble», raconte l’ex-patron des Disques Isba.





Patrick Bourgeois, des BB, en concert.


Photo les archives/Le Journal de Québec

Un an plus tard, Les BB ont cogné à sa porte avec une chanson, Loulou. Nick Carbone a su tout de suite qu’il avait une pépite d’or dans les mains.

«Si tu ne l’entends pas, le hit, fais d’autres choses», lance-t-il.

Tous les gens interrogés pour ce reportage ont vanté l’indéniable sens de la mélodie de Patrick Bourgeois. En plus des succès des BB, c’est lui qui a créé la chanson-thème du groupe Rock et Belles Oreilles.

Malgré le succès et ce qui vient avec, ils prenaient leur travail au sérieux, signale le réalisateur de leurs vidéoclips, Alain DesRochers.

«Ils étaient très précis, tout le temps à l’heure, de vrais bons professionnels. Ils se donnaient et avaient une bonne synergie.»

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Panier
  • Votre panier est vide.
Retour en haut