Un chapitre signé Morgan Wallen: l’histoire d’amour entre le Québec et le country se poursuit au Centre Vidéotron

Morgan Wallen est venu ajouter, de très belle façon, quelques pages à une romance déjà bien vivante entre le Québec et la musique country, vendredi soir au Centre Vidéotron de Québec.

Ses admirateurs l’attendaient avec fébrilité, et Morgan Wallen ne les a pas envoyés à la maison bredouille. Avant de faire sauter le toit du Centre Vidéotron avec son rappel, lors duquel il était vêtu du chandail rouge des Remparts de Québec, la vedette du country a complètement charmé la foule en interprétant plusieurs de ses nouveaux morceaux entremêlés de ses plus grands succès. 



Morgan Wallen.


Le chanteur du Tennessee portait fièrement le chandail des Remparts pendant son rappel.


Allison Moore

Les effets pyrotechniques et visuels ont captivé les quelques dizaines de milliers de spectateurs dès les premières notes de Up Down, puis Wallen s’est lancé sur One Thing at a Time – aussi le nom de son dernier album -, au grand plaisir de ses partisans. 

Un moment particulièrement romantique et ironiquement très intime est survenu entre Morgan Wallen et son public, lorsqu’il s’est retrouvé seul sous les projecteurs, derrière un piano en bois antique, et qu’il a chanté Sand In My Boots. Dû aux milliers de lampes de poche levées bien hautes – ce qui était une belle scène en soi – on pouvait apercevoir des centaines de couples qui s’enlaçaient en chantant chaque mot de ce succès. 

Le chanteur du Tennessee est toutefois loin de s’être contenté d’interpréter des ballades; avec ses titres Ain’t That Some et Broadway Girls, il a prouvé que hip-hop et country font bon ménage. 

La cohésion et la fraternité entre l’ancien joueur de baseball et son groupe de musiciens étaient belles à voir. On l’a premièrement senti en début de spectacle, lorsque chaque comparse de Wallen a été présenté individuellement avec son lieu de naissance au moment de prendre place sur scène; également un beau clin d’œil au passé d’athlète du chanteur. On sentait ensuite, tout au long du spectacle, que la tête d’affiche voulait mettre son band en lumière, sans toutefois tomber dans les tête-à-tête interminables qu’on voit souvent. 

Wallen a également fait monter ses deux premières parties sur scène pour quelques chansons, geste que tant la foule qu’Ernest et Bailey Zimmerman ont grandement apprécié. 

L’événement s’est terminé en beauté, avec Wallen qui est allé rejoindre ses admirateurs à l’avant-scène pour signer plusieurs autographes et prendre quelques portraits après avoir servi Heartless et Whiskey Glasses

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Panier
  • Votre panier est vide.
Retour en haut